Libérez-vous de la boulimie pour de bon

Je m’appelle Masha et j’aide les personnes boulimiques à se libérer pour de bon de l’obsession alimentaire, grâce à des solutions profondes et durables.


Si vous êtes tombé-e sur ce site, c’est sans doute que vous vous débattez contre la boulimie depuis des mois, des années, peut-être et que vous vous sentez à bout de forces.

Vous avez essayé un nombre incalculable de méthodes, de thérapies, d’accompagnements, vu plusieurs praticiens, lu des tonnes de livres sur les troubles alimentaires mais vous avez l’impression que rien ne vous aidera jamais à en sortir.

Peut-être même pensez-vous, comme de nombreuses autres personnes boulimiques, que vous êtes un cas désespéré.

J’imagine que vous avez ressenti une certaine euphorie à chaque nouvelle méthode, vous disant : « Cette fois-ci, c’est la bonne, je vais y aller à fond et je vais m’en sortir » et qu’à chaque nouvelle déception, vous avez perdu espoir.

Laissez-moi deviner.

J’imagine qu’au cours de ces différents accompagnements, vous avez travaillé sur votre rapport direct à la nourriture.

Peut-être avez-vous consulté des nutritionnistes, diététicien-n-es plein de bonne volonté, à l’écoute, qui vous donnaient des solutions en apparence super… Que vous n’avez pas réussi à appliquer plus de quelques semaines de suite.

Peut-être avez-vous suivi des thérapies en tous genres, au cours desquelles vous avez attaqué la boulimie sous différents angles – la nutrition, la perception de votre corps, vos kilos émotionnels, votre passé, vos traumatismes, que sais-je encore.

Vous y avez peut-être trouvé du soulagement, mais rien ne s’est installé durablement.

Peut-être aussi, comme cela a été mon cas (et je ne vous le souhaite pas) êtes-vous parfois tombé-e sur de grands professionnels de santé bardés de diplômes et extrêmement brillants dans leur pratique, mais qui semblaient ne pas s’y connaître tant que cela en troubles alimentaires, ou qui semblaient ne pas vraiment vous écouter.

Peut-être vous a-t-on suggéré plein de trucs et astuces inapplicables, qu’on vous a laissé entendre que si vous faisiez preuve d’un peu plus de volonté, tout irait beaucoup mieux. On a peut-être tenté de vous faire peur, en jouant sur les cordes sensibles : votre santé et le mal que vous faites autour de vous en restant dans l’obsession alimentaire.

Pas plus que des dessins morbides sur des paquets de cigarettes, ces mises en garde n’ont réussi à vous sortir de là mais, elles ont eu pour effet de redoubler votre sentiment de culpabilité et de honte, déjà immenses.

Il est possible aussi que vous n’ayez jamais été accompagné-e et que vous soyiez toujours persuadé-e que vous devez et allez vous en sortir seul-e.


Comment en êtes-vous arrivé-e là ? Toutes ces solutions que vous avez testées sont-elles inefficaces en elles-mêmes ?

Pas du tout. Il y a simplement un problème chronologique et un problème de postulat de base.

Il est illusoire de penser que la clé, c’est de se défaire de vos habitudes alimentaires quand le vrai problème est bien plus profond. Et il ne s’agit pas simplement d’émotions mal gérées, mais de toute une partie de votre identité qui vous manque.

La boulimie ne correspond pas à une réalité unique.

La boulimie revêt des formes multiples : chez certaines personnes, elle prend la forme de crises spectaculaires de quelques heures ; chez d’autres, elle se manifeste sous la forme de grignotage compulsif diffus tout au long de la journée.

Certain-e-s se font vomir, d’autre non.

Pour certain-es, les crises commencent dès le matin, pour d’autres, elles ne se déclenchent que le soir, quand tout le monde est couché.

Certaines personnes boulimiques se restreignent même tellement qu’elles ne font pas du tout de crises pendant une certaine période, puis vivent plusieurs jours ou semaines très difficiles, quand le mécanisme de restriction lâche.

Chacun-e vit la boulimie à sa manière mais, probablement, avez-vous déjà constaté, à l’instar de tous les autres boulimiques, une chose : peu importe les efforts qu’on peut déployer pour contrôler son alimentation, réduire ses crises, ne plus penser à la nourriture H24, rien n’y fait, il y a quelque chose de plus fort que soi.

C’est ce même « quelque chose de plus fort » qui fait qu’il arrive aussi que, parfois, les crises et l’obsession disparaissent « comme par magie » pendant des jours, des semaines, des années même, sans effort particulier… puis finissent par revenir si on a conservé nos souffrances et mécanismes bloquants.

Une chose rassemble les personnes boulimiques et elle n’a rien à voir avec leur rapport à la nourriture : il s’agit de leur personnalité ou condition atypique.


Les caractéristiques les plus saillantes de cette condition atypique sont :

  • L’hypersensibilité émotionnelle et kinesthésique. On sent tout très fort, plus fort que les autres, en général (y compris lorsque, par protection, on s’est coupé de ses émotions). Cette hypersensibilité n’est pas seulement émotionnelle, mais aussi sensorielle : certaines personnes se sentent facilement agressées par les bruits, la lumière, la foule, ou ont le sentiment de s’épuiser particulièrement vite dans certains contextes (au travail, dans certaines interactions, dans les lieux publics, par exemple).
  • Le sentiment de vide intérieur, qui n’est pas juste un vide physique qu’on remplit par la nourriture, mais un vrai sentiment d’absence d’intériorité, une forme de désespoir face au sens de la vie, qui n’est pas forcément présent en permanence, mais qui peut se déclencher très fortement par moments.
  • Le sentiment de solitude et d’incompréhension : les personnes boulimiques ont très souvent l’impression d’être des extra-terrestres, d’être toujours un peu à part, hors-sujet, de ne pas vraiment avoir leur place. Il arrive souvent que, même entourées, elles se sentent très seules et incomprises.

Cette liste n’est évidemment pas exhaustive et, chez chaque personne, ces caractéristiques peuvent être vécues à des degrés différents.

Pourquoi est-il essentiel de travailler sur cette condition atypique plutôt que de vouloir attaquer directement le symptôme ? (obsession alimentaire, crises, restriction)

On ne peut pas tenir de nouvelles habitudes, changer ses comportements alimentaires, tant qu’on est rongé-e par l’angoisse existentielle et le sentiment de vide.

Il faut D’ABORD travailler sur ces angoisses profondes, avant d’espérer obtenir des résultats sur le reste.

Il est même DANGEREUX de vouloir supprimer le symptôme sans apaiser les angoisses existentielles liées à votre condition atypique.

Evidemment, dans certaines situations exceptionnelles, il est urgent de stopper les crises : extrême maigreur, dégradation des organes en raison de vomissements répétés. Seulement, ces cas ne représentent pas la majorité des cas de boulimie. On en parle le plus, parce qu’ils sont les plus spectaculaires.

Mais la réalité est que la boulimie est surtout vécue et supportée par une armée de personnes silencieuses, dans l’ombre, qui se battent pour survivre et qui se consument dans la honte et dans la peur de rejoindre, à leur tour, ces cas spectaculaires, le jour où elles seront allées trop loin.

Toutes les semaines, des personnes partagent leur expérience avec moi, parmi lesquelles certaines sont boulimiques depuis des dizaines d’années. Certaines n’ont connu que ça, ne savent même pas ce que c’est de passer une semaine sans crise.

Le problème, c’est qu’on leur a souvent tenu des propos alarmistes face à leur situation. On les a fait culpabiliser. On leur a fait croire que c’était simple et facile de s’en sortir et que la solution, c’était juste de se débrouiller pour ne plus faire de crises.

Le corps n’a aucun intérêt à nous faire du mal. Toute action de notre corps vise sa propre préservation, dans les meilleures conditions possibles. Toute réaction, y compris pathologique, correspond à un mécanisme de défense corporel et à une tentative de maintenir l’homéostasie : de la prise de poids au cancer, rien n’est fait par le corps pour nous nuire, au contraire.

La plus grosse erreur qui est faite aujourd’hui et qui maintient des millions de personnes dans la boulimie, c’est de leur faire croire que les crises sont le problème à éradiquer.

Les crises sont un mécanisme de défense comme un autre : si vous les considérez avec lucidité, vous verrez qu’elles ne sont rien d’autre qu’un fusible qui saute quand la tension générale est à son comble.

Tant qu’on est rongé par ses angoisses existentielles, les crises ne sont rien d’autre qu’un mécanisme de défense puissant qu’a trouvé le corps pour éviter des conséquences plus dramatiques.

Voyez à quel point il est absurde et dangereux de prétendre supprimer un mécanisme de défense sans se préoccuper de ce qui le déclenche.

La volonté n’a rien à voir avec tout cela.

Ni l’organisation, ni les habitudes, rien de tout ça, d’ailleurs.

Ce n’est pas un processus sans efforts…. Mais les efforts ne sont pas là où on le croit.

2 commentaires sur « Libérez-vous de la boulimie pour de bon »

Et vous, qu'avez-vous pensé de cet article? Partagez vos impressions ci-dessous :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.