10 astuces pour négocier l’hiver plus facilement.

Cet article nous est offert par Marion, coach de vie, fondatrice de M et Brille.

Marion n’est pas seulement coach, elle est aussi musher (elle vous explique ce que c’est juste après, dans son article). Donc autant vous dire qu’en termes de stratégies de survie à l’hiver, elle s’y connaît bien.

L’hiver, c’est compliqué pour tout le monde (sauf quand on est allé s’exiler dans les îles) et c’est surtout vrai pour nous, les personnalités atypiques, sujettes ou anciennement sujettes aux troubles alimentaires.

Un peu de grisaille, de la fatigue et du froid et on redevient de vraies petites choses fragiles, que tout menace.

Alors, profitez bien de ces 10 conseils pour traverser l’hiver du mieux possible. Moi, perso, j’ai adoré son article. A votre avis, quel est mon conseil préféré ? Je vous laisse deviner 😉

Belle lecture


Pour consulter le site M et Brille Coaching de vie : c’est par ici.

Pour suivre Marion sur son Insta de coach : Insta M et brille

Et si comme moi vous êtes fan de chiens-loups et d’aventures polaires, voici aussi son Instagram de musher : https://www.instagram.com/6feet2sourires/?hl=fr


Au cours des 5 dernières années, j’ai passé 4 hivers en Laponie Suédoise où j’étais musher. C’est à dire que je travaillais avec des chiens de traîneaux. Pour beaucoup de monde, ça paraît le rêve, être totalement idyllique. C’était effectivement mon rêve, que j’ai vécu à 2000 %, mais ce n’étais pas toujours idyllique. 

Etre musher ça veut dire travailler de très longues journées (il n’est pas rare de dormir moins de 6h), dans des température très froides (au moins -15°C, avec régulièrement des semaines entières à -30°C ou en dessous), dans l’obscurité (où j’étais, nous n’avions PAS besoin de la frontale de 10h à 14h : tout le reste du temps, imaginez-vous à taupe-land : tout le monde avec une lumière sur la tête) de fin novembre à fin janvier…et la saison finit vraiment mi mai.

On a beau vivre sa passion, être remplie d’énergie par ce contact intense avec la nature…au bout d’un moment, le corps (et le mental) fatiguent vraiment. J’ai donc du mettre en place quelques règles pour passer l’hiver le mieux possible.

J’ai dû être totalement à l’écoute de mon corps, car en environnement extrême, il ne s’agit pas de faire semblant de ne pas entendre ses alertes : si on veut durer, il faut écouter et prendre soin de son corps. Donc, le fait d’avoir dû avoir cette rigueur,fait que je suis beaucoup plus à l’écoute de mon corps maintenant, même si depuis 2 ans, je ne retourne plus là-bas pour les saisons. Je me rends compte que même ici, certains moments de l’hiver sont difficiles à négocier, pour moi, et en regardant bien autour, pour beaucoup de monde…

Aujourd’hui, je suis coach de vie : j’accompagne mes client.e.s sur une chemin de liberté en leur donnant les outils qui leur permet de se reconnecter à leurs émotions pour créer la vie dont ils. elles rêvent. 

Et voici quelques astuces qui me permettent de résister et de profiter de l’hiver (qui reste ma saison préférée)

1. Une certaine forme d’acceptation, de reliance au cycle naturel.

Observons autour de nous : la nature observe une pause. Les arbres ont perdu leurs feuilles : c’est le moment de laisser partir ce qui ne doit plus être. Les animaux, les plantes se plongent dans une forme de repos, incités par les jours plus courts et le manque de lumière…Acceptons de faire la même chose. Acceptons que nous avons moins d’énergie, acceptons de ralentir.

2. Vive la vitamine D !!

Les jours raccourcissent et nous privent de notre lumière vitale. Même sous nos latitudes, le corps est privé du taux d’ensoleillement dont il a besoin. En France et aux Etats-Unis, 75 % de la population serait déficitaire en vitamine D..alors n’hésitons pas à nous supplémenter ! Nous pouvons nous faire prescrire une ampoule comme pour les bébés par notre généraliste (à titre d’exemple, quand je vivais en Laponie, j’en prenais une début décembre, et une autre en février). Il y a aussi des compléments alimentaires bio ou issus différents laboratoires en fonction de nos préférences.

Profitons de chaque rayon de soleil, n’hésitons pas à aller boire notre café dehors les jours de beau temps, à aller marcher 30 minutes…bref, exposons nous au soleil.

Côté alimentation, certains aliments sont plus riches en vitamine D. En tête de ligne, les poissons « gras », le chocolat noir, les œufs…vous trouverez des listes facilement sur le net.

3. Une petite cure de gelée royale !

J’ai l’habitude de dire que c’est de la cam’…Cette petite bombe met un bon coup de fouet pour peux que nous l’utilisions bien. Il faut la choisir bio, pure et française : attention, beaucoup de boutique bio ont des gelées royales de provenance étrangère, et la plupart du temps les vendeurs nous renseignent mal.

Oublions les ampoules, comprimés etc. Choisissons celles en petit pot de liège qui doit se garder au frais. La certification GRF (https://www.geleeroyale-info.fr/ ) assure sa qualité. 

Une petite cuillère dose fournie avec, tous les matins sous la langue pendant 3 semaines. Attention, n’avalons pas votre café direct derrière. Idéalement, attendons au moins 30 minutes avant de manger ou boire quelque chose autre que de l’eau. (Moi je l’avale au lever avant d’aller marcher ou faire du yoga ou méditer..)

4. L’alimentation et les boissons.

L’hiver a tendance à favoriser l’acidification de notre corps, il faut donc prendre garde à ne pas renforcer cette tendance par l’alimentation en privilégiant les aliments et boissons alcalinisantes. C’est le moment de lever le pied sur le café (dur, je sais, si quelqu’un a une recette miracle, je suis preneuse !), les produits laitiers, les céréales surtout à gluten et favoriser les légumes de saison qui, comme par magie, sont alcalinisants : bienvenue les courges (elles sont aussi riches en bêta-carotènes à consommer avec une cuillère d’huile vierge pour favoriser l’assimilation) elles sont de véritables alliées ! Faites-vous plaisir avec les graines : amandes, noix…globalement, manger vraiment de saison permet de limiter les effets de l’acidification.

Mangeons chaud et cuit. Une salade va être difficile à digérer pour notre organisme parce qu’elle est froide et crue…visons plutôt des soupes, idéales le soir ou tout repas cuit. Privilégions les épices réchauffantes aussi, type curry.

5. Toujours à propos de lumière.

La luminothérapie semble une piste vraiment intéressante, que je n’ai pas encore testée mais les retours sont très bons et je suis convaincue que ça doit faire beaucoup de bien.

6. Organisons notre confort !

Ça peut paraître un peu simple, mais je pense que c’est essentiel. Portons des vêtements confortables et véritablement chauds…est-il vraiment nécessaire d’être crispé.e toute la journée parce que ce jean taille basse permet un courant d’air sur les reins ? Évitons les coupes qui cisaillent et empêchent notre bonne circulation sanguine (attention aux chaussettes par exemple, rien de tel qu’une chaussette qui cisaille le mollet pour avoir froid aux pieds). Privilégions des chaussures où nos orteils ont la place de bouger, avec une bonne semelle.

Et, ce n’est pas trop tendance, je sais, mais je suis une adepte des matières naturelles que sont la laine et le duvet. Pour moi, pour le moment, rien ne remplace leur douceur et leur pouvoir réchauffant. La laine reste très chaude même si elle est un peu humide, et évite les mauvaises odeurs ce qui fait que vous pouvez porter vos vêtements plusieurs jours. Donc lorsque nous devons passer une longue période dehors (ou traîner à l’intérieur) : chaussettes en laine, gros pull cocon, maintenant il y a de chouettes tee-shirts en laine, bref…soyons confort !

7. Chez nous, n’hésitons pas à nous faire un intérieur doudou

Plaids, bougies (encore et toujours la lumière), bouillottes pour les lits tous froids…

Je pense qu’il ne faut reculer devant aucun artifice qui nous permet de nous réchauffer et apporter de la douceur…si le corps est toujours en lutte pour se réchauffer, c’est usant.

8. Je bois de l’eau tiède

Je me trimballe partout avec mon thermos, et bois de l’eau tiède : impossible pour moi d’avaler de l’eau froide qui me refroidit de l’intérieur. De la même manière, les infusions à base de menthe sont très refroidissantes ; idéales en été, à proscrire en hiver.

9. Une vidéo à ne pas manquer

Je vous conseille cette vidéo du chaudron pastel pour les astuces naturo,.https://www.chaudron-pastel.fr/2016/12/22/conseils-naturopathie-saison-froide-automne-hiver/   et l’ensemble de son site de manière globale

10 : Sortons malgré tout !

C’est un grand basique du bien-être aussi, mais l’exercice physique n’a pas son pareil pour nous faire sentir bien. Équipons-nous contre la pluie et le froid (et pour cela, pas besoin de dépenser des fortunes) puis sortons, allons marcher, courir, faire du vélo, peu importe du moment que nous passons au moins 45 minutes dehors tous les jours : c’est vivifiant, calmant, apaisant. Nous trouverons toujours en rentrant une douche chaude et des vêtements secs et doudou si besoin…Nous nous serons aéré l’esprit et le corps.

L’hiver est une merveilleuse saison d’introspection, de repli sur soi…et pour peux que nous sachions négocier les faibles luminosités, c’est une saison magique, qui nous ramène à l’enfance dans ce qu’elle a d’émerveillement.


Pour consulter le site M et Brille Coaching de vie : c’est par ici.

Pour suivre Marion sur son Insta de coach : Insta M et brille

Et si comme moi vous êtes fan de chiens-loups et d’aventures polaires, voici aussi son Instagram de musher : https://www.instagram.com/6feet2sourires/?hl=fr


Publié par

Bienvenue sur Boule de Vie. Je m'appelle Masha et j'aide les personnes boulimiques à se libérer de l'obsession alimentaire pour de bon... Alors pas de remèdes miracle ici, ni d'astuces anti-crises. Si c'est que vous cherchez, passez votre chemin. Si en revanche vous voulez savoir quels sont les mécanismes sous-jacents à la boulimie et que vous êtes prêt-e à aborder les TCA sous un angle peu commun, vous êtes au bon endroit.

Et vous, qu'avez-vous pensé de cet article? Partagez vos impressions ci-dessous :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.